LE SWING

Le swing désigne d’un point de vue historique l’ère swing c’est-à-dire la période allant de 1930 à 1945. Cette période faste est illustrée par les big bands « blancs » comme celui de Benny Goodman surnommé « le roi du swing », Glenn Miller, Gene Krupa et les orchestres « noirs » tels ceux de Duke Ellington, Count Basie, Chick Webb, Jimmie Lunceford.

Ces différents groupes de jazz connus et emblématiques du phénomène swing surent allier avec efficacité perfection de la mise en place, décontraction de l’énoncé et équilibre entre pulsion vitale, chaleur d’expression, maîtrise instrumentale et imagination mélodique : Avoir le « swing »

Il est bien évident que la pédagogie et la codification de cette musique de jazz ont démystifié depuis longtemps ce mystère de la chose inexpliquée. Le swing se ressent comme toute autre forme artistique, il se travaille par l’écoute et la pratique.

Né dans la ville du riff et de la jam, l’art de Count Basie personnifia longtemps le swing et le jazz dans son entier.

La formidable économie de moyens de son style pianistique (un accord, une note le rendaient identifiable); la sûreté de sa section rythmique qui marquait les quatre temps de la mesure d’une manière égale; la qualité des solistes présents durant cette période d’activité, l’intensité de son répertoire où le blues domine très largement, l’évidente simplicité des arrangements, d’autant plus efficaces, tout cela conjugué fit de Count Basie le groupe de jazz blues dans ce style.
En savoir plus : cliquez ici.

Et  SWING SING alors?

groupe jazz originaire lille
jazz standards lille